En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Championnat de France de voile 2013

Championnat de France de voile 2013

Par admin dupaysblanc, publié le mercredi 5 juin 2013 08:52 - Mis à jour le mardi 11 juin 2013 08:40

Lundi 3 juin : l'arrivée

C’est assez pratique cette année, le championnat se déroule dans le golfe du Morbihan, donc prés de chez nous. C’est moins dépaysant et beaucoup plus rapide.

Partis à14h et dès 15h30 nous foulons l’île de Berder. Nous sommes à pleine mer et le gois est recouvert d’eau. Il a donc fallu prendre le traversier, petite barque, pour rejoindre l’ile. Quelques petites formalités sportives et administratives plus tard, nous voila installés.

Une petite visite s’impose car même si Romain a apporté son ballon la curiosité est attisée par le lieu. Une île avez-vous dit ? donc on doit pouvoir faire le tour.

Première escale : Un grand bâtiment se dresse devant nous. Serait ce la grange, lieu dans lequel nous avons rendez vous à 20h30 ?

Peu d’indices. Nous poursuivons notre promenade dans un environnement boisé, assez luxuriant et dans une clairière, nous traversons un terrain de volley-ball, puis, plus surprenant, un terrain de représentation (enfin peut être ?).

Puis, nous poursuivons notre déambulation au gré des chemins et nous atteignons la mer. Enfin la mer du golfe. Car les îles et la terre limitent notre vue dans toutes les directions.

Nous avons face à nous, assez haute, bien boisée, l’île au moine, la plus grande île du golfe qui le barre du nord au sud laissant des passages étroits pour les bateaux. Légèrement à notre gauche nous découvrons le plan d’eau sur lequel nous allons régater.

« tu as vu, la risée progresse surtout sur la gauche ».

Les petits moutons localisés, la couleur de l’eau… révèlent la variabilité de la force du vent et donnent des indications sur les stratégies potentielles car le plan d’eau est compliqué. Tout d’abord le vent irrégulier en force et en direction fait varier la distance à parcourir et la vitesse des bateaux au gré de ses humeurs. Puis le courant qui selon les heures et les conditions change de sens avantageant tantôt un coté, tantôt l’autre et crée du clapot qui freine les bateaux.

Il va falloir non seulement aller vite mais aussi réfléchir.

Nous découvrons les bateaux qui servirons au championnat près d’une petite anse sableuse, bien proportionnée délimitée par deux pointes rocheuses. Il fait beau mais le vent nous rafraichit. Ananda a envie de se baigner mais c’est impossible…

Nous progressons vers le nord et atteignons l’extrémité de l’île. La mer est plus agitée, plus jaune à cet endroit et la vue est superbe. Plus loin dans une baie des bateaux de pêche finissent de pourrir tranquillement sur le sable. De nombreuses méduses ont été piégées par la marée et sèchent sur le sable. L’ambiance est plus morose.

Encore quelques mètres et nous retrouvons notre poste de débarquement. C’est donc bien une île.

La mer a baissé et c’est un torrent qui s’est formé entre l’île et la terre.


Bientôt l’heure du repas et de la réunion préparatoire. Nous allons rentrer dans le vif du sujet. Nous avons bien fait de profiter de ce temps d’installation.

 

 

Mardi 4 juin Ile de Berder

Rendez vous à 9h prés des bateaux pour l’explication du programme des couses de la journée. Nous partons tardivement des chambres et il faut marcher vite pour arriver à l’heure. Ce n’est pas du goût d’Ananda qui préfère prendre son temps.

Le beau temps est là mais un petit vent frais nous accueille sur la plage. Coup de trompe pour regrouper tout le monde et c’est parti pour les consignes!...

Les parcours sont passés en revue : nous commençons par le relais « Open Bic ». Bon ! Je pense que c’est plutôt notre point faible pour ce championnat mais nous nous organisons pour faire bonne figure. Gwendal prendra le départ et sera relayé par Romain. Titouan aidera à toutes les transmissions de bateau.

La première manche n’est pas folichonne : Gwendal est surpris au départ et transmet le bateau en 7ème position, Romain découvre le bateau et met du temps à trouver les réglages : 9ème. Le niveau est fort et homogène, nous sommes très proche du niveau France fédéral : il va falloir s’accrocher.

Nous faisons mieux à la seconde (7ème) et alors que nous étions en train de progresser à la troisième manche une petite erreur nous cantonne à cette 7ème place.

Nous enchainons par 4 manches de catamaran. C’est la spécialité de Romain et Titouan. Le vent, plutôt faible ne va pas être notre meilleur atout. Les résultats 5 ; 7 ; 6 et 11 ne reflètent peut être pas exactement ce qui s’est joué sur l’eau mais nous ne sommes pas mécontents. La moindre erreur fait perdre du terrain et coute cher en terme de classement.

Pendant tout ce temps, Ananda fait de l’arbitrage sur l’eau. Embarqué sur un bateau de sécurité, il veille au respect des règles. Sa fiche de juge officiel est très positive : bravo!

Finalement nous nous retrouvons 9ème au classement général, assez loin derrière les favoris mais proche du milieu de tableau que nous visons.

 Nous recommençons demain avec la volonté de faire le maximum et l’espoir de progresser au classement.

Il fait beau, le site est superbe, pour le moment, tout va bien.

 

 Mercredi 5 juin Ile de Berder.

Aujourd’hui donc nous poursuivons notre aventure régatière dans le golfe du Morbihan. Et ce matin, au programme c’est d’abord du catamaran.

Titouan et Romain préparent leur embarcation avec soin et vérifient que tout fonctionne. La première manche sera difficile car il y a très peu de vent et pas mal de courant.

Quelques risées assombrissent l’eau de notre terrain de jeu et le comité de course animé par les jeunes officiels enchaine les départs des régates. Les catamarans font quatre manches et rentrent à terre pour changer de cavaliers. Cela va être au tour des catégories « établissement »

Repos bien mérité pour Romain et Titouan qui ont fait les places de 6ème, 3ème et 3ème ce qui va nous permettre de nous rapprocher au classement général.

Gwendal a embarqué vers 11h30, juste à la fin de la dernière manche de relais des établissements en « open bic ». Et lui aussi démarre sa série de quatre manche. Second puis 6ème dans un vent qui mollit jusqu’à l’extinction.

La pétole s’installe. La température augmente. Tout les concurrents recherchent un peu d’ombre pour se reposer. Certains se jettent ou chahutent dans l’eau ; d’autres bronzent, tous attendent que le vent daigne se relever.

15h30. Déjà une heure que le vent est tombé et nous attendons tous sur le bord en guettant les plissements de la surface de l’eau.

16h30. Toujours rien. La mer est bien lisse et, dans le ciel, quelques cumulus bourgeonnent mais la situation semble bloquée. Finalement vers 17h15 le comité de course appelle tous les concurrents pour annuler la suite du programme de la journée et la reporter au lendemain.

Rangement, douche, repos, promenade ou jeu.

Le résultat est positif car nous gagnons une place et nous nous rapprochons de nos adversaires.

Vivement demain.

 

Jeudi 6 juin

La douceur continue de s’accentuer et ce matin il faut déjà très bon : nous allons pouvoir prendre le petit déjeuner dehors. Il ne faut pourtant pas se prélasser car il faut rendre les chambres avant de partir faire du bateau. Heureusement les bagages ont été faits hier et la chambre rangée ce qui n’était pas une mince affaire (les parents savent bien de quoi je parle….).

A 9 heures, nous sommes sur le site pour gréer les bateaux. Gwendal doit tout d’abord finir ses manches sur Open Bic. Nous savons que nous risquons de ne pas naviguer beaucoup car les équipes d’établissement doivent courir 4 manches et le vent annoncé est faiblissant.

Gwendal se fait piéger au premier départ et réalise une modeste place de 8ème avant de faire une très belle course et finir second.

Les bateaux changent de main et déjà le vent, faible depuis le début de la matinée, mollit petit à petit.

Le comité de course réussit à donner encore 3 départs et c’est fini : pétole.

Les bateaux rentrent à terre et tout le monde recherche l’ombre. L’attente commence. Le responsable nous informe qu’une décision sera prise au plus tard à 14h.

Les jeunes régatiers ont l’habitude car sur les différents championnats, quand il n’y a pas de vent, il faut attendre patiemment.

Nous en profitons pour manger d’autant que les sandwichs sont toujours excellents et aujourd’hui nous avons des fraises délicieuses.

14H rassemblement, félicitations pour le tenue des coureurs, consignes pour le rangement définitif du matériel, le championnat est terminé.

Enfin presque car il reste le protocole, la proclamation des résultats. L’équipe du collège se distingue encore par l’aide apportée au transport des bateaux et à la mise sur remorque.

Palmarès : nous finissons à une plus qu’honorable 7ème place . Nous sommes assez satisfaits.

Petit gouter et le passeur ramène les différentes équipes à terre. Le rendez vous fixé à notre chauffeur, M. Naël est plus tardif et nous passons un moment à regarder l’eau franchir le gois à la façon d’un torrent de montagne. Quelques courants d’air nous rafraichissent. Tout va bien….

 

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe